Le musée du parfum

La marque Fragonard vit le jour en 1926 à Grasse, capitale mondiale du parfum où règne un micro-climat entre mer et montagne, qui permet à la fois de la chaleur, tout en conversant de la fraîcheur.

Son nom est un hommage au peintre rococo, Jean-Honoré Fragonard, originaire de Grasse.

Le musée du parfum Fragonard est un musée privé qui a ouvert en 1983 dans un hôtel particulier de style Napoléon III. Cet hôtel fut autrefois un théâtre, un manège vélocipédique puis un magasin de meubles anglais avant d’être acheté par la marque. Nous y retrouvons une collection privée de flacons de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui.

Un peu d’historique

Les Egyptiens sont considérés comme les premiers parfumeurs. Ils utilisent beaucoup les encens, et pensent communiquer avec les dieux grâce à la fumée des parfums. Ils se maquillent beaucoup les yeux avec leur célèbre khôl, afin de se protéger des rayons du  soleil, mais aussi pour agrandir le regard, qui est la porte de l’âme.

Chez les Grecs, on utilisait les parfums lors des moments importants de sa vie. Les athlètes s’enduisaient le corps d’huile parfumée pour se protéger du soleil, mais aussi pour sublimer leur corps et rendre ainsi hommage aux dieux.

IMG_7683

Au XVIIIe siècle, le parfum est vu comme l’âme du médicament. On portait des parfums lourds, il ne semblait pas bon de trop se laver, car l’eau ouvre les pores, et on pensait alors que la maladie pouvait rentrer dans le corps. Louis XIV qui abusait de l’eau de Cologne en buvait aussi, afin de parfumer l’intérieur de son corps !

Au XXe siècle, le parfum devient « couture » avec les grands couturiers qui s’approprient ce marché afin de compléter leur collection mode.

 

Passons à l’extraction des composés 

D’où extrait-on les arômes ? De la flore mondiale, parmi les plantes, rhizomes, racines, épices… La fève tonka a le vent en poupe en ce moment.

L’essence la plus chère est l’iris, appelée aussi or bleu (1 kg coûte la modique somme de 100 000 euros !). Elle est d’ailleurs mise à l’honneur cette année par Fragonard, qui chaque année fait une collection par fleur.

Une fleur muette est une fleur à l’odeur agréable, mais dont on ne peut rien extraire comme composés odorants. Par exemple, le muguet et le lilas sont des fleurs muettes. Ces fragrances sont donc obtenues par synthèse et non par extraction.

Une ancienne méthode d’obtention des composés odorants est l’enfleurage : on pique tous les jours des fleurs fraîches dans de la graisse animale, qui va absorber les odeurs. Il faut changer les fleurs tous les jours, durant un mois. C’est donc un procédé long et fastidieux. A la fin, on récupère les composés par un lavage de la graisse à l’alcool.

 

La pyramide olfactive

Passons à l’orgue du parfumeur. Un parfum est constitué de trois notes : une note de tête, une de cœur et une de fond, qui constituent sa pyramide olfactive. La note de fond est celle qui reste le plus longtemps ; ce sont souvent des notes orientales. Les notes de tête donnent le caractère frais au parfum.

Un parfum contient 25% d’essence ; une eau de parfum, 15%.

 

Attention, si vous souhaitez conserver votre parfum de façon optimale ! Le parfum craint la chaleur, l’air et la lumière. Il faut donc le stocker à l’obscurité, et non sur les étagères de la salle de bains, près de la fenêtre ! Il durera 3 ans sans problème dans ces conditions.

 

Cette visite guidée de cette collection privée est gratuite. Je vous recommande grandement de vous y rendre, les collections sont ravissantes, on y apprend plein de choses ! A la fin, on a même droit à une petite séance de travaux pratiques : on doit reconnaître la pyramide olfactive de 4 parfums Fragonard ! C’est très intéressant et ludique !

IMG_7686

Le musée du parfum

9, Rue Scribe

75009 – Paris

Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h.
Ouvert dimanche et les jours fériés de 9h à 17h.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Anne-Marie Faivre dit :

    un article qui sent bon la lavande et le mimosa

    J'aime

  2. Meyilo dit :

    Je ne connaissais pas ce musée. Sa visite me tente bien. Je le note sur ma to-do list parisienne.

    J'aime

    1. juliefrenchcaencaen dit :

      N’hésite pas ! C’est vraiment passionnant ! On en prend plein les yeux … et le nez :p

      J'aime

Un petit commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s